Suche
Close this search box.

MOLLUSCUM CONTAGIOSUM

WAS IST MOLLUSCUM CONTAGIOSUM?

Molluscum contagiosum ist eine ansteckende Hautinfektion, die meist bei Kindern und manchmal auch bei Erwachsenen auftritt. Dieser Zustand wird durch das Molluscipoxvirus verursacht und ist durch kleine, runde, perlenartige Beulen oder Läsionen gekennzeichnet, die normalerweise harmlos sind. Die Läsionen sind in der Regel schmerzlos und können überall am Körper auftreten, am häufigsten treten sie jedoch an Armen, Beinen, Rumpf, Genitalbereich und Gesicht auf. Das Molluscum-contagiosum-Virus (MCV) gehört zur Familie der Pockenviren und besteht aus vier verschiedenen Typen (MCV-1, MCV-2, MCV-3 und MCV-4). Der MCV-1-Typ verursacht am häufigsten Infektionen.

Das Virus kann auf verschiedene Arten übertragen werden:
Direkter Haut-zu-Haut-Kontakt: Das Berühren der Hautläsionen einer infizierten Person ist die häufigste Übertragungsart des Virus. Es kann zwischen Kindern beim Spielen oder Sport und zwischen Erwachsenen bei sexuellem Kontakt übertragen werden.
Indirekter Kontakt: Das Virus kann auch durch Gegenstände übertragen werden, die eine infizierte Person verwendet. Zu diesen Gegenständen können persönliche Gegenstände wie Handtücher, Kleidung, Spielzeug oder Sportgeräte gehören.
Autoinokulation (Selbstinfektion): Eine Person kann das Virus auf einen anderen Teil ihres Körpers übertragen, nachdem sie eine infizierte Läsion berührt hat. Beispielsweise durch Kratzen oder Reiben kann es auf diese Weise zu einer Ausbreitung des Virus kommen.
Sexuelle Übertragung: Bei Erwachsenen kann Molluscum contagiosum durch sexuellen Kontakt übertragen werden und Läsionen im Genitalbereich verursachen.
Übertragung durch Wasser: In einigen Fällen wird angenommen, dass Wasser in öffentlichen Bereichen wie Schwimmbädern eine Rolle bei der Übertragung des Virus spielen könnte, dieser Übertragungsweg wurde jedoch nicht schlüssig nachgewiesen.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DU MOLLUSCUM CONTAGIOSUM ?

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DU MOLLUSCUM CONTAGIOSUM ?
Les symptômes du molluscum contagiosum apparaissent généralement sous la forme de lésions cutanées spécifiques. Ces symptômes peuvent comprendre :
Lésions : Le signe d’infection le plus évident est de petites bosses rondes et généralement indolores, mesurant généralement de 2 à 5 millimètres de diamètre. Ces bosses peuvent parfois être plus grandes et avoir généralement une structure plus dure que la peau environnante.
Apparence perlée : Les lésions ont généralement une surface brillante semblable à une perle et une fosse ou une encoche en forme de moyeu au milieu.
Couleur : Les lésions sont généralement de la couleur naturelle de la peau ou peuvent être légèrement roses, blanches ou rougeâtres.
Situées en groupes : les lésions peuvent être trouvées seules ou en petits groupes et parfois s’étendre sur la peau.
Démangeaisons et irritation : Les lésions peuvent parfois provoquer des démangeaisons, surtout si elles sont frottées ou irritées.
Les lésions du molluscum contagiosum sont généralement inoffensives et ne provoquent pas de problèmes de santé graves. Cependant, les lésions peuvent susciter des préoccupations esthétiques ou une stigmatisation sociale et, dans certains cas, provoquer des infections bactériennes secondaires.

Enfants : Les enfants, surtout ceux âgés de 1 à 10 ans, sont plus susceptibles de contracter le virus. Cela peut être dû au fait que les enfants ont de fréquents contacts peau à peau et que leurs compétences en matière d’hygiène personnelle ne sont pas pleinement développées.
Personnes atteintes d’eczéma ou de dermatite atopique : Chez les personnes dont la barrière cutanée est endommagée, le molluscum contagiosum peut se propager plus facilement.
Personnes dont le système immunitaire est affaibli : les personnes atteintes de maladies qui suppriment le système immunitaire, comme le VIH/SIDA, ou qui utilisent des médicaments immunosuppresseurs pour des raisons telles que des transplantations d’organes, sont plus vulnérables à l’infection par le molluscum contagiosum.
Adultes sexuellement actifs : En tant qu’infection sexuellement transmissible, elle peut se transmettre par contact peau à peau lors d’une activité sexuelle.
Athlètes : Les athlètes qui pratiquent des sports où les contacts peau à peau sont fréquents, notamment la lutte et le judo, courent le risque de contracter ce virus.
Ceux qui vivent dans des climats chauds et humides : De tels climats peuvent offrir des conditions propices à la propagation du virus.
Personnes utilisant les espaces communs : les espaces communs tels que les piscines, les gymnases et les écoles peuvent contribuer à la propagation du virus.

COMMENT DIAGNOSTIQUER LE MOLLUSCUM CONTAGIOSUM ?

Le molluscum contagiosum est généralement diagnostiqué sur la base de l’apparition de lésions cutanées. Les dermatologues ou obstétriciens peuvent confirmer le diagnostic en utilisant les méthodes suivantes :
Examen visuel : Le professionnel de la santé peut poser le diagnostic en examinant les lésions ombilicales typiques en forme de perles et en évaluant le nombre, l’emplacement et la répartition des lésions.
Dermatoscopie : Il s’agit d’un appareil permettant d’agrandir les lésions cutanées et de les examiner plus en détail. Sous le dermatoscope, la fosse ombilicale typique au centre des lésions du molluscum contagiosum peut être vue plus clairement.
Biopsie : Rarement, lorsque l’aspect de la lésion n’est pas typique ou lorsqu’il est nécessaire de la distinguer d’autres maladies de la peau, un échantillon de la lésion est prélevé et examiné au microscope.
Test PCR (Polymerase Chain Reaction) : Dans des cas très rares, notamment chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, il peut être utilisé pour confirmer la présence du virus en analysant l’ADN de l’échantillon prélevé sur la lésion.
Dans la plupart des cas, les lésions typiques du molluscum contagiosum suffisent pour le diagnostic et il n’est pas nécessaire de procéder à des tests invasifs.

COMMENT SE DÉROULE LE TRAITEMENT DU MOLLUSCUM CONTAGIOSUM ?

Le traitement du molluscum contagiosum peut parfois ne pas être nécessaire car il est généralement auto-limité chez les individus en bonne santé. Cependant, des problèmes tels que la visibilité des lésions, la maladie atopique sous-jacente et le désir de prévenir la contamination peuvent rendre nécessaire un traitement. Un traitement est souvent recommandé, en particulier pour les lésions de la région génitale (sur ou à proximité du pénis, de la vulve, du vagin ou de l’anus). S’il y a des lésions dans ces zones, cela doit être fait par un médecin car il est possible que vous ayez une autre maladie sexuellement transmissible.
Méthodes de retrait physique :
• Cryothérapie (gel de la lésion avec de l’azote liquide)
• Curetage (perçage du noyau de la lésion et grattage de la matière fromageuse)
•Traitement laser
Ces méthodes sont rapides et doivent être effectuées par un médecin spécialiste, peuvent nécessiter une anesthésie locale et peuvent provoquer des douleurs, des irritations et des cicatrices après l’intervention.

L'INFECTION AU MOLLUSCUM CONTAGIOSUM DISPARAIT-ELLE D'ELLE-MÊME ?

Oui, l’infection par le molluscum contagiosum peut généralement disparaître d’elle-même chez les individus en bonne santé. Les lésions causées par ce virus, lorsqu’elles sont reconnues et interventionnées par le système immunitaire, peuvent souvent guérir en quelques mois sans nécessiter de traitement. Cependant, ce processus peut varier d’une personne à l’autre et, dans certains cas, les lésions peuvent persister jusqu’à plusieurs années.
Chez les personnes dont le système immunitaire fonctionne normalement, les lésions disparaissent généralement en 6 à 12 mois, bien que ce processus puisse parfois prendre plus de temps. Chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les lésions peuvent être plus résistantes et ne pas disparaître sans traitement.
En attendant que les lésions guérissent spontanément, il est important d’éviter de toucher les lésions et de ne pas partager d’objets personnels (serviettes, vêtements, etc.) pour réduire les risques de contamination.

Il n’existe pas de consensus scientifique quant à savoir si une personne devient immunisée après une infection par le molluscum contagiosum. Certaines personnes peuvent développer une certaine immunité après avoir été infectées, mais sa durée et son efficacité peuvent varier d’une personne à l’autre.
Comme il existe différentes souches de Molluscipoxvirus, l’immunité contre une souche peut ne pas protéger contre d’autres souches. De plus, le système immunitaire peut garder l’infection en mémoire, mais cela ne veut pas dire que la personne ne sera pas réinfectée. Les enfants et les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont particulièrement susceptibles d’être à nouveau infectés.
Il est important que les personnes ayant eu une infection, surtout après la guérison complète des lésions cutanées, soient attentives aux pratiques d’hygiène et prennent les précautions nécessaires pour éviter une réinfection.

Le molluscum contagiosum est généralement inoffensif et ne provoque pas de problèmes de santé graves, mais certaines complications peuvent survenir, en particulier chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli.
Infections bactériennes secondaires : lorsque les lésions sont grattées ou irritées, des bactéries peuvent pénétrer et provoquer une infection. Cette affection peut se manifester par des symptômes tels que rougeur, gonflement et douleur.
Cicatrices laissées sur la peau : gratter les lésions ou appliquer un mauvais traitement peut laisser des cicatrices sur la peau.
Eczéma : les lésions du Molluscum contagiosum peuvent provoquer des réactions eczémateuses sur la peau, notamment chez les personnes atteintes de dermatite atopique (eczéma).
Propagation des lésions : Propagation du virus à d’autres parties du corps après avoir touché les lésions (auto-inoculation).
Problèmes oculaires : Dans de rares cas, si des lésions se développent autour des yeux, elles peuvent entraîner des problèmes oculaires tels qu’une conjonctivite.
Effets psychologiques : L’apparition de lésions, particulièrement lorsqu’elles sont localisées sur le visage et la région génitale, peut nuire à la confiance en soi et aux interactions sociales d’une personne.
Risque associé aux maladies sexuellement transmissibles : Des lésions dans la région génitale peuvent indiquer la présence d’autres maladies sexuellement transmissibles et augmenter le risque de contracter ces maladies.

Les précautions qui peuvent être prises pour se protéger contre l’infection par le molluscum contagiosum sont les suivantes :
Limiter les contacts personnels : Éviter le contact direct avec la peau des personnes infectées est le moyen le plus efficace de prévenir la transmission du virus.
Ne pas partager d’objets personnels : Les objets personnels tels que les serviettes, les vêtements et les rasoirs ne doivent pas être partagés.
Maintenir l’intégrité de la peau : Les coupures, égratignures ou autres plaies cutanées peuvent augmenter le risque d’infection. Il est donc important de préserver l’intégrité de la peau.
Hygiène : Un lavage régulier des mains et un nettoyage de la peau peuvent aider à prévenir la propagation du virus.
Être prudent dans les espaces communs : Il est important de prêter attention aux mesures d’hygiène personnelle dans les piscines, les gymnases et autres espaces communs et de garantir la propreté des objets dans ces espaces.
Protection contre les infections sexuellement transmissibles : Il est important de pratiquer des rapports sexuels sûrs pour se protéger contre les infections à molluscum contagiosum sexuellement transmissibles.
Couvrir les lésions : Si des lésions sont présentes, il peut être utile de les recouvrir de ruban adhésif ou de vêtements pour éviter toute contamination.
Gestion de l’eczéma ou d’autres maladies cutanées : Les personnes atteintes de maladies cutanées telles que l’eczéma doivent recevoir un traitement approprié pour renforcer la barrière cutanée.
Éducation des enfants : Éduquer les enfants à ne pas entrer en contact avec des personnes infectées et à ne pas partager leurs effets personnels.
Surveillance des lésions cutanées : Surveiller et traiter régulièrement les lésions existantes si nécessaire pour empêcher leur croissance et leur propagation.

Traitement du molluscum contagieux

Chaque lésion est ouverte avec un laser fractionné et la substance fromagère à l’intérieur est retirée en pressant doucement. Le traitement du molluscum est réalisé au laser fractionné dans notre clinique.